Vincent Boury, champion paralympique de tennis de table

Par | Publié le 29 mars 2016

Vincent Boury aux Jeux Parralympiques de Pékin. Crédit : Grégory Picout

Vincent Boury aux Jeux Paralympiques de Pékin. Crédit : Grégory Picout

 

Vincent Boury fait partie de ces grands sportifs français que l’on ne connaît que peu. Pourtant son palmarès est hors-norme dans le monde de la petite balle orange.
Atlanta, Sydney, Pékin, Londres, ce pongiste est l’une des figures des jeux paralympiques et permet à la France de briller autant que ses nombreuses médailles dans cette discipline.

Issu d’une famille sportive, Vincent Boury pratique de nombreux sports dans sa jeunesse. Des sports de montagne au tennis de table en passant par la course à pieds. C’est d’ailleurs lors d’un simple jogging, que le sportif se prend les pieds dans une corde. Une chute dont il ne se relèvera jamais et qui le conduit à rester en fauteuil roulant. Il a alors 19 ans. « Malgré une longue période de rééducation, comme la colonne vertébrale a été touchée lors de cette chute, je ne peux et ne pourrai plus jamais marcher », raconte-t-il. Un bien mauvais tour que lui a réservé la vie mais qui ne l’empêche pas de poursuivre la pratique du sport « J’ai repris les entraînements au club d’Echirolles mais en fauteuil », explique Vincent Boury avant de préciser « Quand j’ai eu mon accident, je jouais plutôt au tennis mais je jouais déjà au ping avec mes frères et mon père à un niveau régional. Je faisais surtout du tennis mais j’adorais l’ambiance des entraînements de tennis de table. » A 46 ans, Vincent Boury enchaîne les titres nationaux et internationaux. Un palmarès hors-norme au sein duquel figure notamment une médaille d’or aux Jeux Paralympiques de Pékin en 2008 et trois médailles d’or aux championnats d’Europe (1999, 2001, 2003).

Objectif Rio

A 46 ans, le champion ne souhaite pas raccrocher la raquette et a toujours soif de titres. Sa devise  » A donf’ « , reflète bien son état d’esprit : « Cela signifie qu’il faut toujours rechercher l’excellence, couplée à un brin de folie. C’est une devise mais surtout une philosophie de vie », explique-t-il. Vincent Boury répète inlassablement les mêmes gestes dans son club d’Échirolles pour continuer sa progression et il devrait prochainement s’engager avec un entraîneur particulier en plus de ceux dont il dispose en Équipe de France. Une préparation assidue qui pourrait lui permettre d’aller défendre les couleurs de la France à Rio cet été. Vincent Boury a passé les qualifications pour pouvoir participer aux Jeux Paralympiques au Brésil et attend encore la confirmation de la Ligue de tennis de table pour savoir s’il pourra ou non s’envoler ver l’Amérique du Sud.

Vincent Boury, l’artisan de ses rêves

Malgré son statut de sportif professionnel, Vincent Boury a une vie bien remplie en dehors du tennis de table. « J’anime des conférences et je fais du coaching auprès d’entreprises et de sportifs. C’est autour de ce que l’on peut mettre en place pour mieux communiquer et permettre le mieux être ensemble. Cela permet de meilleures performances au sein de l’entreprise. » Les gens avec qui il travaille profitent ainsi de son mental de champion. Inventif derrière une table de  « ping-pong », Vincent Boury l’est également quand il s’agit de mettre en place des projets novateurs. Il a inventé un modèle de fauteuil roulant que développe actuellement une entreprise grenobloise. Ce fauteuil appelé « Mobile Dream », permet des activités plutôt inédites, comme les promenades en montagne « C’est un fauteuil électrique et tout terrain qui permet plus d’autonomie. C’est un peu un VTT avec quatre roues mais pas besoin de pédaler pour profiter de la nature », détaille le sportif. Une nouveauté qui devrait ravir de nombreuses personnes en situation de handicap qui souhaitent continuer à profiter d’activités intenses et sportives.